© Tristan Berr - IRD

Les visites et l’utilisation croissante par l’Homme d’espaces isolés (en particulier via le tourisme) appellent à étudier la façon dont la biodiversité réagit à ses interactions. En marge de nos visites répétées sur deux îlots des îles Chesterfield pour une mission scientifique, nous avons mesuré la réaction comportementale du noddi Brun Anous stolidus, qui nichait en haut des plages à la limite de végétation. Nos mesures de Distances d’Initiation de l’Envol (FID) suggèrent que les visites répétées par l’Homme ont des effets à court et long termes. Ainsi à notre arrivée, les individus semblaient plus tolérants à l’approche sur l’ilot le plus fréquemment visité. Sur celui-ci, des mesures plus fréquentes suggèrent une habituation progressive des individus à notre passage. Ces observations soutiennent la théorie évolutive dite « Sit and Defend » qui, en l’absence de prédateurs des adultes, permettrait de maximiser le succès reproducteur. Par ailleurs, cette étude prospective fourni une mesure quantitative de la sensibilité de groupes d’oiseaux au dérangement ; une information facilement transférable aux gestionnaires de ces sites à forts enjeux de conservation.


Pour plus d'infos sur l'étude conduite :

Thibault, M., Weston, M. A., Ravache, A., & Vidal, E. (2020). Flight‐initiation response reflects short and long‐term human visits to remote islets. Ibis. 162(3), 1082-1087

https://doi.org/10.1111/ibi.12810.