Posted by admin  |  December 18, 2020

Andreas a soutenu sa thèse en Décembre 2020 sur les stratégies d'alimentation et d'exploitation de l'espace océanique par deux espèces de Procellaridés en Nouvelle-Calédonie et les applications à la conservation

Directeurs de thèse : Eric Vida (IRD, UMR Entropie), Yves Letourneur (UNC, UMR Entropie)

Jury :

Dr BERTRAND Sophie (UMR Marbec - IRD Sète)

Dr ROPERT-COUDERT Yan (Centre d'Etudes Biologiques de Chizé - CNRS)

Dr PAYRI Claude (UMR Entropie - IRD Nouméa)

Dr MAURER Céline (Office Français de la Biodiversité)

Dr VIDAL Eric (UMR Entropie - IRD Nouméa)

PR Letourneur Yves (UMR Entropie - Université de Nouvelle-Calédonie)

 

Résumé :

Les Procellariidés forment une famille d’oiseaux marins particulièrement impactée par les menaces d’origine anthropique. Les stratégies de déplacement et de recherche alimentaire chez ces espèces dépendent de nombreux facteurs environnementaux et intrinsèques et leur connaissance est souvent à la base des mesures de conservation de ces espèces en mer. Leur étude permet également d’apporter des informations sur l’état de santé de l’écosystème dans lequel ils évoluent, ainsi que sur la présence et l’abondance d’espèces associées à leurs zones d’alimentation.

Cette thèse vise à apporter des éléments de connaissance sur les déplacements et l’utilisation de l’espace océanique et des ressources trophiques au niveau de la ZEE de Nouvelle-Calédonie par deux espèces de Procellariidés se reproduisant en milieu tropical insulaire : le puffin fouquet (Ardenna pacifica) et le pétrel de Tahiti (Pseudobulweria rostrata). Pour cela, nous avons combiné l’étude de leurs déplacements en mer pendant la période de reproduction avec l’étude de leur régime alimentaire. L’étude des déplacements a été réalisée grâce à des récepteurs GPS déployés sur plus d’une centaine d’individus provenant de 7 sites de reproduction différents répartis autour de la Nouvelle-Calédonie et ses récifs. Les informations sur le régime alimentaire des espèces étudiées ont été fournies par le biais d’analyses d’isotopes stables et de barcoding ADN.

Ces travaux ont permis de caractériser les déplacements en mer de plusieurs milliers de kilomètres pour ces deux espèces. Les principales zones d’alimentation et le type de proies consommées ont été identifiés pour chaque espèce et chaque population pendant leur période de reproduction. Les mécanismes de ségrégation intra-spécifique entre les différentes populations et de ségrégation interspécifique (spatiale, temporelle ou trophique) permettant la cohabitation des deux espèces ont été mis en évidence. Différents facteurs environnementaux déterminant les stratégies d’alimentation des espèces ont également été mis en évidence. Enfin, tenant compte de ces différents paramètres et interactions au sein et entre espèces, cette thèse a visé à déterminer des zones océaniques hauturières à fort enjeux de conservation dans la zone géographique étudiée, afin notamment de fournir des éléments d’aide à la décision aux gestionnaires du Parc Naturel de la Mer de Corail, la 4ème plus grande aire marine protégée de la Planète.

Projet(s) concerné(s) par cette actualité :
Aucun projet lié.