Projet de post-doctorat au sein de l'association Opération Cétacés et de l'UMR Entropie

Recherche

Thèmes de recherche et intérêts :

Alors que dans de nombreuses parties du monde les populations de baleines à bosse (Megaptera novaeangliae) montrent des signes encourageants d’augmentation depuis la fin de l’industrie baleinière, certaines petites populations, comme dans le Pacifique Sud, sont toujours considérées « en danger d’extinction » par l’UICN.

Chaque année ces baleines parcourent les eaux du Pacifique Sud pour rejoindre leurs zones de reproduction dans les archipels d’Océanie (Jackson et al. 2015). Mais où exactement vont-elles se reproduire et mettre bas ? Quelles sont les menaces qui pèsent sur les habitats qu’elles utilisent (changement climatique, pêche, exploitations minières, trafic maritime etc.) ?

Au cours des dix dernières années, de nouveaux habitats de reproduction ont été découverts en Nouvelle-Calédonie grâce à des missions d’exploration en haute mer et des techniques de suivi satellitaires. En effet, la recherche sur les baleines à bosse étant généralement concentrée dans les eaux côtières, l’usage de l’habitat pélagique est jusqu’alors demeuré méconnu. Durant ma thèse de doctorat (2015-2018), j’ai modélisé la distribution, les habitats et les déplacements des baleines à bosse dans le Pacifique Sud à l’aide de données collectées pendant plus de 20 ans (Derville 2018). Grâce à un ensemble d’outils multidisciplinaires (télémétrie satellitaire, modélisation spatiale, science participative, océanographie), les résultats de mes travaux ont permis d’identifier les monts sous-marins et bancs peu profonds de la Nouvelle-Calédonie comme d’importants habitats de reproduction.

Alors que les monts sous-marins sont au cœur de forts enjeux écologiques et économiques à l’échelle mondiale, leur usage unique et inattendu par les baleines à bosse mérite d’être approfondi car il a des conséquences importantes pour la conservation de l’espèce et des écosystèmes pélagiques en général. Mon projet de post-doctorat vise ainsi à mettre en lumière les mécanismes de regroupement des baleines à bosse en milieu pélagique.

Sites d’étude :

Nouvelle-Calédonie, Pacifique Sud

Projets en cours

Les monts sous-marins de Nouvelle-Calédonie : explorer un nouvel habitat pour un cétacé en danger