Un stage de Master 2 Pro cherche son(sa) candidat(e).

Biologie, Ecologie et Conservation du Pétrel de Tahiti en Nouvelle-Calédonie

Le pétrel de Tahiti est une espèce d'oiseau de mer cryptique et peu étudiée dont les populations reproductrices sont considérées comme étant principalement réparties dans quelques archipels du Pacifique tropical (notamment les Samoa américaines, Fidji, la Polynésie française et la Nouvelle Calédonie). Cette espèce appartient au genre le plus menacé parmi les oiseaux de mer, qui ne comprend que quatre espèces existantes, dont trois sont aujourd'hui au bord de l'extinction et classées en danger critique d'extinction alors que le pétrel de Tahiti est considéré comme "presque menacé » par l'IUCN malgré des données et études limitées. Peu d'études et d'informations sont disponibles sur le pétrel de Tahiti, principalement parce qu'il s'agit d'une espèce nocturne, à nidification hypogée et très discrète, très difficile à étudier et à trouver. Par exemple, seules deux études fournissent des données préliminaires sur sa biologie et sa phénologie de reproduction ou décrivent son répertoire vocal. Cette espèce doit faire face à de nombreuses menaces anthropiques en mer et sur terre, et bien que trop rares, les études d'impact disponibles suggèrent des impacts nombreux et significatifs (espèces envahissantes, pollution lumineuse, prises accidentelles secondaires, perturbations humaines, destruction de l'habitat, ingestion de plastique), ce qui pourrait expliquer le déclin global des populations.

L’objet de ce stage, qui s’inscrit au sein d’une thèse de doctorat, consiste à améliorer les connaissances sur la biologie et l’écologie du pétrel de Tahiti Pseudobulweria rostrata en Nouvelle-Calédonie afin d’aider à une conservation éclairée de ses populations. Concrètement l’étudiant(e) (i) participera au suivi des populations reproductrices au sein de la plus importante colonie connue de l’espèce, sur un îlot de la côte ouest calédonienne au travers de 3-4 missions de terrain de 4-5 jours chaque fois qui ont déjà été précédées de nombreuses missions pour cartographier les colonies et débuter le suivi, (ii) examinera et analysera un important jeu de photographies prises par des cameras traps installées depuis plusieurs mois déjà sur cette colonie (rythme d’activité, comportement des adulte et des poussins, interactions avec les prédateurs indigènes et introduits), (iii) proposera au vu des résultats un protocole de suivi à long-terme des populations ainsi qu’un plan de conservation de cette colonie en lien avec les autorités calédoniennes en charge de ce site exceptionnel et des opérations de gestion déjà entreprises (lutte contre les prédateurs introduits).

Durée du stage : 5 à 6 mois

Finalité plutôt Pro

Début janvier 2020.

Indemnités réglementaires de stage + hébergement à titre gracieux au centre IRD de Nouméa (selon places disponibles)+frais de mission de terrain. Le déplacement jusqu’en Nouvelle-Calédonie reste à la charge de l’étudiant.

Intérêt pour le travail de terrain, les espèces menacées, la biologie de la conservation, aisance en contexte tropical et pluri-culturel.

Contact : envoyer CV+LM à eric.vidal@ird.fr et angelique.pagenaud@ird.fr


http://umr-entropie.ird.nc/index.php/formations/sujets-de-stages#133039